Whisky et Gluten

Whisky et GlutenPuis-je boire un whisky si j’ai une intolérance au gluten ? C’est une question qui me revient souvent. Selon les experts dont vous trouverez les sources ci-dessous, le gluten est éliminé lors de la distillation. Ils le confirment tous et cela inclut également les distillats à base de grains (orge, seigle, blé composants du whisky, rye et bourbon).

Mais comme nous sommes tous uniques, certaines personnes plus sensibles peuvent avoir des réactions, et je ne parle pas des personnes atteintes de la maladie cœliaque pour lesquelles c’est bien plus délicat. Certaines personnes disent qu’il peut encore y avoir des résidus après la distillation. Donc dans ce cas, si vous voulez vous faire plaisir, évitez avant tout les whiskys à base principale de blé (wheat whisky) qui contient plus de gluten que les autres céréales et ciblez plutôt un single malt écossais qui est en plus distillé deux fois au minimum.

D’autres personnes annoncent que de la colle à base de blé ou d’orge contenant du gluten peut être utilisée pour l’étanchéité des fûts. Comme il y a une multitude de manières pour étanchéifier un fût, il est difficile dans ce cas d’affirmer quoi que ce soit. Cependant, les sites indiqués ci-dessous confirment également que les vins, qui peuvent aussi être vieillis en fût, sont sans gluten.

J’attire plutôt votre attention sur le fait que les fûts utilisés pour le vieillissement gardent toujours un résiduel de ce qu’il contenait précédemment et de ce fait, une contamination n’est pas exclue par exemple avec un fût ayant contenu de la bière.

Un autre point sur lequel il faut être attentif est que les producteurs peuvent ajouter avant l’embouteillage un additif alimentaire bien connu des amateurs de whisky, le colorant E150. Ce caramel peut contenir du gluten s’il est élaboré à partir d’un sirop de malt. Malheureusement le gluten se retrouve dans de nombreux aliments et dérivés et est très difficile à l’éviter, d’autant plus qu’il entre dans le jeu de la demande moderne des industriels qui cherchent le meilleur rendement possible, ce qui a poussé à une sélection optimale des céréales et par la même occasion contribué à l’appauvrissement des variétés. Cette diminution de la diversification des grains a du coup également aidé à la création de cette intolérance néfaste.

Bref, si vous voulez vous faire plaisir avec un bon whisky, restez tout d’abord votre propre juge, pensez à vos intestins et écoutez votre corps. Evitez les cuvées qui regroupent un mélange de fûts ainsi que les blends plus susceptibles d’avoir un ajout de caramel et un vieillissement dans des fûts souvent déjà utilisés plusieurs fois et même s’ils apparaissent sur des listes des gluten free alcohols. Je vous suggère donc de rester prudent en vous orientant, mis à part vers l’alcool blanc juste distillé et non vieilli, vers un single malt en fût unique, vieilli dans en fût de bourbon de premier remplissage et mis en bouteille avec sa couleur naturelle.

Sources :

L’association romande de la coeliakie – Suisse

Coeliac UK live well gluten free – Royaume-Uni

L’Association canadienne de la maladie cœliaque – Canada

Celiac Disease Foundation – Etats-Unis

Celiac.com – Etats-Unis

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *